lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Arts et littérature » Littérature » "A la lumière de Renoir" de Michèle Dassas
Version imprimable de cet article Version imprimable
"A la lumière de Renoir" de Michèle Dassas
La critique de Rémi Boyer

Dans ce roman Michèle Dassas explore la relation privilégiée qui unit Jeanne Baudot (1877-1957), artiste-peintre, et Auguste-Pierre Renoir (1841-1919), figure majeure de l’impressionnisme, à ce que l’on désigna plus tard comme la Belle Epoque. Jeanne Baudot, personnalité aussi attachante qu’anticonformiste évolua dans les milieux artistiques et intellectuels parisiens. Elle côtoya Manet, Degas, Mallarmé, Maillol, Valéry entre autres et fut l’amie, la muse, la complice de Renoir qui hanta et éclaira sa vie longtemps après le décès de ce dernier.

En 1949, parut un ouvrage de Jeanne Baudot intitulé Renoir, ses amis, ses modèles dans lequel elle témoigne de ces moments d’intimité. Pour rédiger avec talent cette biographie romancée, Michèle Dassas a bien sûr puisé dans ce témoignage mais aussi sur d’autres sources dont le livre de Jean Renoir dont Jeanne Baudot fut la marraine, consacré à son père et la lecture du journal de Julie Manet, amie de Jeanne Baudot.

La pensée et l’art de Renoir, l’atmosphère qu’il créait autour de lui par la célébration de la beauté avant tout, son humanisme, sa complexité, servent de fond au roman et entraînent le lecteur dans un monde fait d’une palette d’intensités subtiles. C’est aussi une peinture d’une époque fascinante qui interroge sur le sens de l’art comme sur le sens de la vie dans une tension créatrice entre frivolité et profondeur.

Un passage du roman démontre tout l’intérêt du choix de la biographie romancée. Renoir vient de mourir et c’est son curé qui s’exprime :

« On dira de quelle lignée magnifique de virtuoses du pinceau appartenait Renoir, de quels héritages fameux il a su porter le poids avec aisance, à quelle école il est préférable de le rattacher ; et l’on dira de même comment, disciple d’un Watteau ou d’un Fragonard, devenu maître à son tour, il est entré vivant dans l’immortalité, par sa science sans limites de la lumière et de la couleur.

On contera ou l’on rééditera sans doute mainte anecdote qui fut révélatrice de son esprit remarquable, de sa nature droite et de son cœur excellent, d’une manière sans mesure.

Toujours égal à lui-même, à toutes les heures de sa vie, dans l’adversité comme dans le succès, aux années de sa jeunesse et de sa force comme au milieu de ses infirmités qui avaient fait de sa vie un martyr constant, on saluera en lui le parfait ouvrier du Beau, le mystique que sa foi ardente en son art soutint sans cesse au-dessus des luttes épiques que se livrent les écoles, et aussi le vieux maître dont les souffrances n’eurent pas plus raison de la fraîcheur de son pinceau que de l’indulgence de son naturel si accueillant.

Oui, on dira tout cela et bien d’autres choses encore que savent dire les écrivains amis des Arts et les connaisseurs capables de livrer leur jugement au public sous une forme attrayante. (…)

Pour moi, son curé et un peu son ami et celui des siens, ma tâche est plus simple. Plus simple, dis-je, mais non moins belle – plus belle peut-être que celle des autres – puisque j’ai le devoir de saluer ici le spiritualiste fervent et l’idéaliste chrétien que fut Auguste-Pierre Renoir. »

Dans ce roman, le lecteur apprend beaucoup sur Renoir, sur l’époque, sur les milieux artistiques que fréquentait Jeanne Baudot mais c’est surtout l’amour, la liberté, l’inconditionnalité, qui sont au centre de l’écriture de Michèle Dassas. Que ce soit à travers la convivialité, la solitude des uns ou des autres, la souffrance, le plaisir, les trahisons, les ignorances, les lieux, la lumière des saisons, le jeu des modèles, c’est de la vie qu’il est question, de la vie artistique certes, mais aussi de la vie la plus banale comme art.

Renoir meurt plus de trente années avant cette amie si singulière que fut Jeanne. Il demeura présent dans la vie de Jeanne jusqu’à la mort de celle-ci, elle continua de lui apprendre par cette présence. Michèle Dassas nous fait pressentir, avec beaucoup de respect, ce que fut cette relation, finalement atemporelle. Comment Jeanne fut portée à la fois dans son art et dans sa vie quotidienne par la rencontre avec l’être de Renoir.

A la lumière de Renoir par Michèle Dassas. Editions Ramsay, 222 boulevard Pereire, 57017 Paris.
https://ramsay.fr/

Site de l’auteur :

http://michele.dassas.com/


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil