lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Faits et arguments » Société » "Dix concepts pour penser le nouveau monde du (...)
Version imprimable de cet article Version imprimable
"Dix concepts pour penser le nouveau monde du travail"
La critique de Valère Staraselski

Ainsi que le montre Dominique Méda dans son passionnant et indispensable ouvrage Le Travail, dans la collection Que sais-je, travailler est une norme. En occident, où il n’en a pas toujours été ainsi, le travail constitue le principal moyen de subsistance en même temps qu’une (la) part essentielle des activités et la culture de chacun. Il est structurant au point que dans nos sociétés, l’ordre social s’organise autour de lui. Or, depuis quelques décennies déjà, transformant peu à peu nos conditions d’existence, le travail est le lieu de bouleversements majeurs. Et si le mouvement ouvrier comme la gauche ont pris du retard sur l’analyse concrète de la situation concrète en ce domaine, nombreux sont les chercheurs, dont certains issus du mouvement syndical, qui planchent avec audace et bonheur sur le sujet. A ce titre, signalons parmi l’univers pluraliste évoluant dans les organismes et autres centres d’étude, les adeptes de la démarche dite ergologique dont l’argument originel est que nous sommes des êtres d’activité. Et que le travail est un point aveugle, un impensé, de la culture telle qu’elle s’est constituée depuis des siècles et que ce point aveugle interroge, pour le moins, la manière dont on continue à bâtir notre savoir.

Ce détour pour en arriver à Dix concepts pour penser le nouveau monde du travail, ouvrage collectif de sociologues. Prenant acte des transformations actuelles du monde du travail, les auteurs s’attachent à forger des concepts opérants, s’essayent à dire cette réalité toujours mouvante. En la circonstance, les concepts de salariat, d’insertion professionnelle, de temporalités, de parcours professionnel, de rapport au travail, de qualification, de compétence et d’employabilité, de prescription, de conflit, d’informalité, passent sous les radars théoriques de ces chercheurs, de sorte que les problématiques auxquelles ils renvoient sont éclairées d’un jour nouveau voire modifiées. Au concept de précarité, par exemple, Mircea Vultur préfère celui de vulnérabilité, « à la fois plus englobant et plus précis, plus universel et plus concret, plus apte à répondre à la question de l’exposition des travailleurs aux incertitudes qui caractérisent leur parcours professionnel. »

Le travail , Dominique Méda, collection Que sais-je ?
Dix concepts pour penser le nouveau monde du travail, sous la direction de Daniel Mercure et Mircea Vultur, Presses de l’Université de Laval, p 233, 24 euros.


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil