lafauteadiderot.net
Aujourd'hui, nous sommes le :
Page d'accueil » Idées » Histoire » La révolte des vignerons dans le midi viticole de Charly (...)
Version imprimable de cet article Version imprimable
La révolte des vignerons dans le midi viticole de Charly Samson
La critique de Remi Boyer

La révolte des vignerons dans le midi viticole de Charly Samson. Editions L’œil du Sphinx, 36-42 rue de la Villette, 75019 Paris – France.

www.oeildusphinx.com

C’est un pari osé que s’est lancé Charly Samson. Le choix du théâtre pour restituer la vérité d’un événement majeur pourtant oublié ne va pas de soi. Pourtant, il apparaît à la lecture du texte que ce fut un choix judicieux. La première représentation de cette pièce en trois actes a eu lieu à Limoux le 14 juillet 2007 pour le centenaire de l’événement.

En effet, ce fut le 9 juin 1907 que Montpellier, ville de 80 000 habitants fut envahie par une manifestation de 600 000 personnes mobilisées par la crise viticole du Midi. Cette crise semble prendre ses origines dans l’apparition du phylloxera en France en 1863 qui va bouleverser la France viticole mais de manière différenciée selon les régions qui ne sont pas toutes touchées en même temps. En 1889, les vins du Midi profitent des effets du phylloxera en Bourgogne, Pays de Loire et Champagne. On manque de vin et cela profite aux viticulteurs du Sud.

La fraude s’installe avec la prolifération de vins de sucre et des vins algériens sont importés. Rapidement, la production devient excédentaire (1893). Les viticulteurs du Midi sont touchés de plein fouet et ont du mal à s’adapter aux nouvelles règles d’un marché instable. Le Midi est plutôt favorable aux idées socialistes et communistes. Dès 1904, des mouvements de viticulteurs apparaissent pour devenir massifs en 1907 sous la direction de Marcelin Albert et Ernest Ferroul. Cette crise oubliée eut pourtant des conséquences importantes analysées par Nicolas Bon dans une postface très riche basée sur les documents de l’époque.

Dans sa pièce, Charly Samson met en scène la vie quotidienne, les doutes, les espoirs, les souffrances, les incompréhensions du peuple vigneron face à un exécutif national qui n’entend pas. Cette pièce fait curieusement écho à ce que nous traversons aujourd’hui.

Extrait de la scène I de l’acte II

L1 : Venez ! Dépêchez-vous ! On attend des nouvelles de nos hommes qui sont partis à Narbonne !

L2 : Moi, je suis inquiète. Qu’est-ce qu’ils sont allés faire à Narbonne ?

L3 : Ils veulent être reçus par les députés de la commission parlementaire.

L1 : Bien sûr qu’il faut qu’on les reçoive. Ils représentent tous les vignerons, et pas seulement ceux d’Argeliers.

L2 : Oui, nous ici à Limoux, nous avons les mêmes malheurs. N’empêche que la fougue des gens d’Argeliers me fait peur !

L1 : Chacun se défend à sa manière contre la misère. Nous ne sommes pas en reste. Souvenez-vous de la réunion extraordinaire de notre conseil municipal le 17 janvier dernier.

L3 : Oui, c’est à l’unanimité qu’il a décidé d’utiliser deux mille francs pour créer des chantiers dans les rues de la ville.

L1 : Comme ça, des ouvriers agricoles ont eu quelques journées de travail pour nourrir leur famille pendant la période la plus rigoureuse de l’hiver… Mais ça ne suffit pas !

L2 : Bien sûr qu’il faut faire davantage, mais ce sont les moyens qui manquent.

L1 : Raison de plus pour s’unir et agir ensemble ! Notre rassembleur c’est Marcelin Albert. Nous devons le suivre !

L2 : Le suivre ! Le suivre jusqu’à la catastrophe ?

Gaspard (qui vient d’entrer) : Qu’est-ce que tu parles de catastrophe ? La catastrophe, nous y sommes ! Qu’est-ce qui pourrait nous arriver de pire ?...

L1 : Le pire serait de ne rien faire !

Gaspard : T’as raison, Théréson !

La pièce, très vivante, pleine de rebondissements, présente non seulement un caractère historique mais pointe vers les universaux de la révolte et des réponses de politiciens rarement à la hauteur des enjeux.

La révolte des vignerons, massive, contraint le gouvernement et permit des avances relatives. Ecoutons, le Destin, l’un des personnages de la pièce :

Le Destin :

La révolte des vignerons dans le Midi viticole a permis que soit promulguée une loi dès le 29 juin 1907, interdisant le mouillage et le sucrage des vins. Le 22 septembre s’est terminé la période illégale de cette révolte. Mais ses animateurs n’auront pas droit à un procès qui risquerait de révéler les responsabilités des autorités. En mars 1908, le Parlement votera une loi d’amnistie…

Elle laisse un arrière-goût d’inachevé… C’est un demi-apaisement, une demi-mesure qui n’apporte pas de solution définitive et laisse pressentir d’autres problèmes à venir...


Rechercher

Fil RSS

Pour suivre la vie de ce site, syndiquez ce flux RSS 2.0 (lisible dans n'importe quel lecteur de news au format XML/RSS).

S'inscrire à ce fil S'inscrire à ce fil